Romance érotique – réponse au Podcast TDJ N°2

ROMANCE_illu4_paysage

Cela fait des lustres que je n’ai plus écrit ici mais je pense que c’est le meilleur moyen de répondre à un podcast concernant Romance érotique. Et je me dis que c’est une excellente occasion de reprendre l’écriture de mon blog.

J’ai entendu dire qu’il y a déjà eu des échanges « musclés » sur les réseaux sociaux concernant le podcast d’Arjuna Khan. N’étant ni actif sur Facebook, ni sur les autres réseaux, j’ignore ce qu’il a pu s’y dire. Ma réponse ici est donc simplement une réaction à chaud après l’écoute du podcast.

Tout d’abord, j’aimerais remercier l’auteur pour l’intérêt qu’il a porté à mon jeu. Les coups de pub de ce genre sont toujours bienvenus. Il semblerait qu’il ait su apprécier la simplicité et l’efficacité du game design. Par contre, je suis désolé que mon jeu l’ait autant déçu graphiquement. Le but de mon jeu étant de faciliter un moment de détente, c’est dommage de s’énerver ainsi. C’est un simple jeu.

Je tiens également à préciser que, bien qu’ayant un éditeur, j’assume tous les choix éditoriaux. C’est moi qui ai choisi l’illustratrice, commandé et validé les illustrations. Le texte est également entièrement de moi, je l’ai imposé tel que je le souhaitais aux Ecuries d’Augias. Cela ne signifie pas qu’ils n’ont pas participé au travail éditorial, c’est juste que j’avais posé mes conditions quant au contenu. J’ai d’ailleurs récupéré tous mes droits concernant Romance érotique. Je me suis exprimé à plusieurs reprises sur les spécificités de ce projet éditorial :

De bonne raisons pour trahir l’indie
Bilan final de la première édition

Entrons dans le vif du sujet, je crois que ce qui a déçu Arjuna Khan c’est les attentes qu’il a projetées dans le jeu. Je souhaite lui répondre de manière directe : Tu n’es pas le premier à connaitre cette déception. Je n’ai jamais eu l’intention de révolutionner la sexualité de qui que ce soit. Le propos du jeu n’est pas la sexualité. Comme tu l’as si bien dit : mon jeu veut inaugurer une vision nouvelle du jeu de rôle. Le propos de Romance érotique concerne des questions de game design. Je l’explique d’ailleurs dans le livre.

Romance érotique est une création qui me ressemble. Il s’agit d’un jeu que j’ai créé pour mes besoins personnels. Je ne vais pas dans des clubs échangistes, je ne pratique pas de BDSM. Je ne porte aucun jugement sur la sexualité des autres, chacun est libre de faire ce qu’il veut. Mais la libération des moeurs n’est pas mon combat. Mon truc à moi, c’est de bousculer le game design et les idées préconçues à ce sujet. Désolé si ce qui t’intéresse le plus, c’est de révolutionner les moeurs par le jeu, moi je veux avant tout révolutionner le jeu en y ajoutant une dimension sexuelle.

Tu peux me répondre que l’un est possible avec l’autre. Oui sans doute, mais moi je voulais écrire un jeu de rôle très personnel, intime, adapté à ma propre sexualité. Je ne souhaite pas non plus écrire quelque chose que je n’ai pas moi-même expérimenté. Ce jeu est un création que je dédicace à mon épouse, une lettre d’amour. Tu comprendras donc aisément ma retenue. Décevant ? Ben ça dépend du point de vue et je te prie d’accepter ma manière de vivre ma sexualité, aussi niaise soit-elle, comme j’accepte celles des autres, aussi exotiques soient-elles.

Après ce n’est pas parce que Romance érotique s’adresse avant tout à mon couple que le jeu ne s’ouvre pas à d’autres formes de sexualités. J’invite chaque fois à adapter le jeu aux envies et pratiques sexuelles, je donne même les outils pour le faire. Ce n’est pas parce que je propose une liste de gages que je ne conçois pas que le jeu se termine par une bonne pipe plutôt qu’un bon coït. Sur ce sujet, tu extrapoles et tu fais un procès d’intention. Romance érotique est un jeu de préliminaires, mais je n’ai jamais dit que les préliminaires n’étaient pas du vrai sexe. La fin du jeu est simplement le paroxysme : lorsque l’ on n’a plus envie de jouer pour se consacrer entièrement à l’acte sexuel, quel qu’il soit.

Si mon jeu te déçoit, je t’invite à faire le tien. Je serai le premier à l’acheter et à le jouer s’il me convient. Mon objectif de faire évoluer la manière de jouer au jeu de rôle est atteint, j’ai ouvert une porte et je serais heureux qu’un autre s’engouffre dans la brèche pour faire sauter d’autres blocages, aussi bien sociaux, moraux que ludiques.

Ensuite, je t’invite à avoir une lecture moins littérale du livret. Il y a beaucoup de second degré que tu as visiblement loupé dans ta première lecture. Romance érotique possède une dimension décalée. Si, si, je te l’assure, j’ai fait un jeu sérieux qui glisse des petites pointes d’humour au détour d’une ligne ou d’un scénario.

Mais soit, j’accepte volontiers les critiques sur le texte ou ma manière de présenter les choses. Je les accepte d’autant plus facilement que tu sembles avoir compris mes intentions en game design, la seule chose qui compte à mes yeux. Tes regrets sont parfaitement justifiés de ton point de vue.

Par contre, je m’insurge contre les critiques que tu adresses à l’illustratrice Maud Chalmel. J’accorde volontiers que le choix du papier n’était pas adapté pour mettre en valeur toute la qualité de son travail. Certains détails ne ressortent pas assez. Il s’agit de mon plus grand regret pour cette édition.

Maud est une artiste et c’est d’ailleurs pour cette raison que je l’ai choisie. Je suis fan de son travail et de son style. Lui reprocher l’esthétique de ses illustrations, c’est reprocher à un cubiste de faire du cubisme. De plus, elle fait des personnages beaux parce qu’il n’y avait aucune raison d’en faire des laids. D’ailleurs, les personnages ne sont pas tous parfaits, ils sont tous différents, certains sont vieux, d’autres sont ronds. D’autres ne sont ni plus ni moins que des portraits idéalisés de personnes existantes, des vrais gens. Ensuite l’érotisme se base souvent sur une idéalisation esthétique. La majorité des gens fantasment sur du beau. J’ajouterais que les illustrations n’ont pas le but que les joueurs s’identifient aux personnages. Elles sont là pour créer une ambiance. Désolé que cette ambiance ne te convienne pas mais elle convient à beaucoup de gens dont à moi et à mon épouse.

Je n’ai jamais exclu de décliner Romance érotique dans des ambiances diverses avec de nouvelles illustrations. Aucun problème que l’on sorte un jour le livre dans une ambiance plus hard ou plus décalée. Une version LGBT ? Pourquoi pas. Mais n’en ayant pas les moyens, j’ai choisi une ambiance plus consensuelle qui convient à mes propres fantasmes. Par contre, j’exclus de faire un mélange des ambiances, ce qui émoustille certains, coupe toute envie à d’autres. Romance érotique n’a pas vocation à être une encyclopédie de toutes les pratiques sexuelles de l’humanité.

J’espère que ma réponse te semble pertinente. J’ai bien compris que tu avais globalement apprécié le jeu et que c’est assez naturel de s’arrêter plus longuement sur les critiques négatives. Ton podcast était constructif et me permet une fois de plus d’exprimer mes intentions concernant cette vieille création qui me tient tant à cœur. Je t’en remercie et bon courage pour la suite de tes podcasts.

Un commentaire

  1. Déjà merci de me répondre Lionel et surtout de me répondre de manière aussi construite. Je ne m’attendais pas à tant. Je suis flatté. Et qui plus est c’est toujours appréciable d’échanger avec les gens sans se faire traiter de sous merde, de pédophile, de guignol au avec d’autres termes plus coloré que j’éviterais de citer ici. ^^

    Tu prend du temps pour me répondre, je vais essayer de faire de même juste histoire de préciser mon intention. Bon sans être exhaustif ça serait beaucoup trop long mais tout de même. Tu m’a conseillé de faire mon propre jeu, laisse moi te dire que cela n’arrivera jamais. Cela n’arrivera pas car j’ai justement renoncé à la création de jeu pour faire de la critique. Justement j’ai conscience que si la critique est chronophage en soi, la création de jeu est un abyme sans fond. C’est pour ça que c’est très important pour moi de « traîner » dans des milieu de créateur afin de ne jamais oublier à quel point votre exercice est un exercice difficile.

    Si j’avais fait mon retour sans avoir ça en tête. L’exercice se serait limité à une série d’avis négatifs plus ou moins insultants et j’aurais trouvé ça dommage. La manière dont j’ai exprimé ce que le jeu m’évoquait a été jugé plutôt durement mais tout comme pour toi elle est le fruit d’un travail. Car je pense que la critique, la review, l’analyse est un exercice de style en soi. Juste, hélas, en jdr, je dispose d’assez peu de modèle sur lesquels m’appuyer (dans le style critique négative enflammé bien sur). Tout comme toi tu as, je pense, manqué cruellement de modèles pour écrire ton jeu. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai pu cité le milieu BDSM ou libertin dans mon podcast, car je pense que le travail que tu as essayé de faire, d’autres l’avait déjà amorcé dans ces dit milieux. Même si c’est assez disparate je te l’accorde.

    Petite précision encore, je n’ai jamais rien reproché à l’illustratrice ou alors c’est involontaire. J’ai remis en question en revanche le choix des illustrations et leurs utilités réelles. Mon opinion est comme tu le dis si bien peut être un peu trop tranché et a manqué de nuance à ce sujet. C’est tout à fait vrai mais c’est le format du podcast : j’ai opté pour un ton et une durée. Ce sont des contraintes que je me dois de respecter tout comme toi tu as du en respecter dans ton livre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai hésité à sortir ce podcast, je me sentais à l’étroit dans mon format pour parvenir à tout exprimer avec précision. Mais comme je l’a déjà dit ailleurs, je n’en ai pas fini avec romance érotique et une autre chronique écrite cette fois finira par voir le jour. Je laisse juste les esprits se reposer un peu et mon point de vue sur le jeu murir.

    Je trouve tes réponses très intéressantes et je vais les méditer encore longtemps je pense.Même si je pense que de gros désaccords subsisteront mais ça, ça fait partie du jeu. Merci de m’avoir écouté jusqu’au bout et de m’avoir accordé de ton temps en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>